Sinabung et tourisme

drapeau francaisAlors que l’éruption du Sinabung est toujours d’actualité (voir ma note précédente sur ce volcan), il est prévu de transformer officiellement en points d’observation touristiques certains sites déjà visités par de nombreuses personnes désireuses d’admirer les nuages ​​de cendre et les coulées pyroclastiques. Les sites en question se trouvent dans des villages en dehors de la zone de danger de 5 km autour du cratère. Une étude de faisabilité est en cours et ils pourraient être bientôt confirmés comme sites touristiques officiels par les autorités locales de la régence de Karo. L’Association Indonésienne des Hôtels et Restaurants encourage fortement cette idée qui pourrait générer des revenus pour la région.

Source: The Jakarta Post.

Avec des milliers de personnes dans des centres d’évacuation, il ne fait aucun doute que cet argent apporté par les touristes aidera à résoudre certains des problèmes générés par l’éruption du Sinabung … à condition qu’il ne soit pas détourné par la corruption qui sévit en Indonésie !

 ——————————————-

drapeau anglaisWhile the eruption of Sinabung is going on (see my previous note about this volcano), there are plans to officially turn sites into observation points for hordes of tourists who are eager to watch the ash clouds and pyroclastic flows. The sites are located in villages outside the 5 km danger zone around the crater. A survey has been conducted and they could be soon confirmed as official tourist sites by local authorities in the Karo regency.

The Indonesian Restaurant and Hotels Association strongly supports the idea as it could generate income for the region.

Source: The Jakarta Post.

With thousands of people living in evacuation centres, there is little doubt that this money brought by the tourists could help some of the problems generated by the eruption of Mount Sinabung…provided this money is not diverted by the corruption which is rampant in Indonesia!

Sinabung

Laisser un commentaire

Classé dans Indonésie, volcans

Albay (Philippines): Un exemple de prévention volcanique? // Albay (Philippines): An example of volcanic prevention?

drapeau francaisComme je l’ai indiqué à plusieurs reprises, il se pourrait bien que le Mayon montre en ce moment les signes d’une éruption majeure à court terme. Afin d’éviter le pire, les autorités locales et les responsables de la Protection Civile ont commencé dès le mois de septembre à déplacer vers des centres d’évacuation plus de 57.000 personnes dans 40 villages situés dans une zone de danger de huit kilomètres autour du volcan.
La province d’Albay, à environ 300 kilomètres de Manille, a connu beaucoup de catastrophes naturelles au cours des dernières années : inondations, typhons, séismes et éruptions volcaniques. Une telle exposition aux risques a également conduit à une meilleure préparation pour les affronter. En 10 ans, la province n’a pas subi un seul décès, en dépit de catastrophes naturelles à répétition.  La province d’Albay s’est taillée une réputation à travers les Philippines pour sa politique « zéro victime» lors des catastrophes naturelles. Aujourd’hui, presque tous les gouvernements provinciaux des Philippines s’efforcent d’imiter Albay dans ce domaine.
Selon les autorités locales, la politique « zéro victime » suppose la mise en place d’un large éventail de stratégies telles que la cartographie des zones à risques, des plans détaillés d’utilisation des terres, des systèmes d’alerte précoce, des plans d’évacuation et des évacuations préventives comme celle en cours avec le Mayon.

D’autres éléments clés de la stratégie préventive consistent notamment à assurer un financement adéquat, un bon système de communication avec les médias et le public, des efforts pour donner aux responsables locaux la capacité de faire face aux risques naturels, et l’introduction de la gestion des risques dans le système éducatif de la province. Une bonne prévention suppose également le déploiement de personnel qualifié, des patrouilles militaires et la distribution de colis alimentaires pour les personnes les plus affectées. Une mesure supplémentaire pour inciter les familles à évacuer consiste à donner à chacune un sac de 5 kilos de riz. Comme on vient de le voir, l’éducation joue un rôle important dans la stratégie de prévention de la province d’Albay. Par exemple, on enseigne aux enfants dès l’âge de cinq ans des notions de préparation aux catastrophes et de sensibilisation sur le changement climatique.
Les autorités, en collaboration avec le PHILVOCS, surveillent étroitement l’activité actuelle du Mayon et s’assurent que personne ne se trouve sous la menace du volcan. Les militaires patrouillent régulièrement la zone de danger de six kilomètres en vérifiant qu’aucun habitant n’est resté dans ce périmètre. Tirant les enseignements des éruptions passées, comme celle de 1993 avec plus de 70 victimes qui avaient refusé de quitter leurs maisons à l’intérieur de la zone de danger, les autorités locales ont décidé que, cette fois-ci, les habitants resteront dans les centres d’évacuation pendant des mois, même après l’éruption du Mayon, afin d’éviter le risque de coulées de boue.
Les autorités envisagent également de reloger de façon définitive les 2989 familles vivant dans la zone de danger de six kilomètres autour du volcan. Cela évitera de soumettre ces familles à des évacuations trop fréquentes.
La semaine dernière, 540 000 colis alimentaires ont été distribués dans 48 centres d’évacuation et le gouvernement est en train de construire au moins 327 toilettes pour les personnes évacuées.
Source: Thomson Reuters Foundation.

Cet article est fort intéressant. J’aimerais toutefois apporter un bémol à l’optimisme des autorités philippines et leur rappeler que le 7 mai 2013, 7 randonneurs ont été tués lors d’un accès de colère du Mayon. On avait alors pu se rendre compte de certains dysfonctionnements au niveau des guides locaux dont la compétence avait alors été mise en doute.

 ———————————————

drapeau anglaisAs I put it before, Mayon volcano may be showing signs of a major eruption in the short term. However, local officials and civil disaster authorities as early as last month began moving more than 57,000 people in 40 villages located within an eight-kilometre danger zone to evacuation centres.

Albay province, about 300 kilometres away from Manila, has had to face quite a lot of natural disasters over the years, such as flooding, typhoons, earthquakes and volcanic eruptions. But such exposure to risks has also led to better preparedness to deal with them. In 10 years, the province has not suffered a single disaster death despite dealing with multiple natural crises.

The province is now well known across the Philippines for its effective disaster response and preparedness management with a “zero casualty” approach during disasters. Today nearly all the provincial governments in the Philippines aim to replicate Albay’s successes in disaster management.

According to the province’s authorities, ensuring “zero casualties” during disasters involves using a wide range of strategies, including risk mapping, comprehensive land use plans, early warning systems, evacuation planning and pre-emptive evacuations – such as that currently happening with Mayon. Other key parts of the strategy include ensuring adequate funding, good lines of communication with the media and the public, efforts to give local officials the capacity to deal with disaster risk, and introducing disaster risk management into the province’s education system. Key parts of Albay province’s success in preventing disaster deaths also include the deployment of trained disaster personnel, military patrolling, early warning systems, evacuation, and distribution of food packs to the affected people in the communities. An added incentive for families to evacuate is a 5 kilo bag of rice each.

As I put it before, education plays an important part in the prevention strategy. For instance, children as young as five years old are taught of disaster preparedness and climate change awareness as part of the curriculum.

Authorities are closely monitoring Mount Mayon’s current activity and are making sure that nobody is under the threat of the volcano. Military officials regularly patrol a six-kilometre danger zone, making sure no residents remain. Drawing on lessons from past eruptions, such as in 1993 when more than 70 people were killed as they refused to leave their homes inside the danger zone, local authorities make sure residents this time will remain in evacuation centres for months even after the eruption to avoid danger from subsequent mud flows.

They are also looking into construction of permanent relocation housing for 2,989 families living within a six-kilometre zone around the volcano, to try to avoid subjecting families to frequent evacuations.

Last week, a total of 540,000 food packs were distributed to 48 evacuation centres. The government is now constructing at least 327 toilets for the evacuees.

Source: Thomson Reuters Foundation

This article is quite interesting. However, I’d like to temper the optimism of the local authorities and remind them that on May 7th 2013, five mountain climbers were killed during a sudden explosion of Mount Mayon. It was then clear there had been some dysfunctioning, especially among the guides whose competence was criticized.

Mayon-blog

La prochaine éruption du Mayon montrera-t-elle l’efficacité de la politique de prévention?

(Crédit photo:  Wikipedia)

Laisser un commentaire

Classé dans volcans

Séisme et crainte d’une éruption en Colombie // Earthquake and fear of an eruption in Colombia

drapeau francaisLe Service Géologique de Colombie a fait passer ce mardi du Jaune à l’Orange les niveaux d’alerte du Cerro Negro et du Chiles, deux volcans situés à la frontière entre la Colombie et l’Equateur, après qu’un séisme de magnitude 5,6 ait frappé la région. Le niveau Orange signifie qu’«une éruption est probable dans quelques jours ou quelques semaines. »
Si ces volcans entrent en éruption, ce sera surtout la province de Nariño qui sera la plus menacée. Le gouvernement local a commencé à prendre des mesures de sécurité afin de prévenir des tragédies. Il a recommandé la fermeture des classes, mis en place un système de communication pour les communautés autochtones de la région et fourni à ces communautés des tentes si elles devaient évacuer leurs habitations en cas d’alerte volcanique maximale.
Source: Journaux colombiens.

 —————————————————-

drapeau anglaisColombia’s Geological Service raised alert levels of Cerro Negro and Chiles, on Colombia’s southern border with Ecuador, from yellow to orange on Tuesday after an M 5.6 earthquake hit the border region. The orange alert level is defined by the Geological Service as “probable eruption in term of days to weeks.”

If the volcanoes are to erupt, it will mostly affect the Nariño state where the local government has started to take security measures in order prevent tragedies. It has recommended suspending school classes, delivered a special communication system to indigenous communities in the area and offered these communities tents if they need to evacuate their premises while the volcanoes are on high alert.

Source: Colombian newspapers.

Laisser un commentaire

Classé dans Amérique du Sud, volcans

Barðarbunga (Islande): Hausse de la sismicité // Increase in seismicity

drapeau francaisTrois séismes de M 4.5 ou plus ont été enregistrés autour du Bárðarbunga au cours des dernières 24 heures. Au cours des derniers jours, les secousses de M 5.0 ont eu lieu dans la région à un intervalle d’environ 30 heures. Les volcanologues islandais indiquent que l’activité sismique dans la région est extrêmement élevée. Les séismes sont liés à l’affaissement de la caldeira du Bárðarbunga. Ils sont probablement causés par l’écoulement du magma qui s’échappe de la caldeira et suit le dyke vers l’éruption dans l’Holuhraun.
Vendredi dernier, les sismos ont enregistré plus de 40 petites secousses au niveau du glacier Tungnafellsjökull, à environ 20 km au NO du Bárðarbunga. Un volcan se trouve sous ce glacier, mais son activité est mal connue. Les scientifiques suivent attentivement l’évolution de la situation.

Source : Iceland Review.

 —————————————–

drapeau anglaisThree earthquakes of M 4.5 or larger have hit the area around Bárðarbunga volcano in the last 24 hours. In the past days, earthquakes around M 5.0 have occurred in the area at an interval of approximately 30 hours. Icelandic volcanologists confirm that seismic activity in the area is extremely high. They occur in consistency with the subsidence of the Bárðarbunga caldera. They are probably caused by magma flowing out of the caldera and into the dike that leads to the eruption in Holuhraun.

On Friday, sensors recorded more than 40 minor earthquakes at Tungnafellsjökull glacier, about 20 km NW of Bárðarbunga. A volcano lies under the icecap but not much is known about its activity. Scientists are following the developments.

Source : Iceland Review.

Barda-blog

Graphique montant l’évolution de l’affaissement de la caldeira du Barðarbunga et la sismicité associée.

(Source:  Icelandic Met office)

Laisser un commentaire

Classé dans Islande, volcans

Holuhraun (Islande): Envie de survoler l’éruption? // How about a flight over the eruption?

drapeau francaisLa situation n’a pas beaucoup évolué et le Met Office indique que l’éruption dans l’Holuhraun « continue avec la même intensité et avec le même débit de lave ».
La sismicité reste élevée sur le Barðarbunga où on observe toujours un affaissement de la caldeira voir l’autre note à propos de l’éruption).
Le principal problème avec  cette éruption est la pollution par les gaz car les émissions de SO2 sont susceptibles d’affecter les zones habitées. C’est également la raison pour laquelle le site de l’éruption a été fermé aux visiteurs. Pour les touristes, la seule solution est de prendre un avion ou un hélicoptère à Reykjavik ou à Akureyri. Voici quelques informations pratiques:

- Une virée en avion depuis l’aéroport de Reykjavík dure environ 2 heures et demie et vous coûtera 100 000 ISK, soit environ 655 euros. Nombre minimum de passagers: 2.
- Un circuit en avion au départ de l’aéroport de Akureyri dure environ 75 minutes et vous coûtera 60 000 ISK, soit environ 400 euros. Nombre minimum de passagers: 2 ou 3 (Le vol depuis Reykjavik n’est pas inclus dans le prix).
- Une balade en hélicoptère depuis l’aéroport de Reykjavík dure entre 2h30 et 3h30, et vous coûtera 239 900 ISK, soit environ 1571 euros. Nombre minimum de passagers: 3.

Voici ce que vous verrez depuis l’hélicoptère:

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wN_Qfv7qp98

 ————————————–

drapeau anglaisThe situation has not much changed and the Met Office indicated that the eruption in Holuhraun “continues at a similar intensity and with similar lava flow”.

Seismicity is still elevated in the Barðarbunga caldeira where subsidence is still observed (see the other note about the eruption).

The main problem with the eruption is the gas pollution as SO2 emissions may affect populated areas. It is also the reason why the eruption site has been closed to visitors. The only way for tourists to see the eruption is to take a plane or a helicopter either from Reykjavik or from Akureyri. Here is some practical information:

- An airplane tour from Reykjavik Domestic Airport lasts about 2.5 hours and will cost you 100,000 ISK, or about 655 euros. Minimum passengers: 2

- An airplane tour from Akureyri Domestic Airport lasts about 75 minutes and will cost you 60,000 ISK, or about 400 euros. Minimum passengers: 2 or 3. (The flight from Reykjavik in not included in the price).

- A helicopter tour from Reykjavik Domestic Airport lasts 2.5 – 3.5 hours and will cost you 239,900 ISK, or about 1571 euros. Minimum passengers: 3.

Here is what you will see from the helicopter:

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wN_Qfv7qp98

Barda-blog

L’éruption vue depuis les airs  (Crédit photo:  Wikipedia)

Laisser un commentaire

Classé dans Non classé

Sinabung (Indonésie): L’aspect humain de l’éruption // The human side of the eruption

drapeau francaisLa plupart des sites web et autres blogs qui donnent des informations sur l’éruption du Sinabung (régence de Karo, Nord Sumatra) insistent surtout sur l’aspect physique de l’événement mais laissent de côté l’aspect humain qui, pourtant, ne saurait être négligé.

Alors que l’éruption se poursuit, avec son lot de nuages ​​de cendre et coulées pyroclastiques, des milliers d’habitants de 16 sous-districts autour du volcan souffrent cruellement d’un manque d’eau propre à la consommation. Ils n’ont plus d’argent pour acheter de la nourriture car leurs plantations sont recouvertes de cendre volcanique. Jusqu’à présent, la seule aide en provenance de l’administration s’est limitée à des masques de protection contre la cendre. Aucune aide logistique ne les a atteint.
L’administration de la régence de Karo affirme avoir pulvérisé de l’eau sur les plantations afin de les débarrasser de la cendre, mais priorité a été donnée au nettoyage des installations publiques comme les lieux de culte, les bâtiments scolaires et les rues.
Les données fournies par l’Agence de l’Agriculture de Karo montrent que 1620 hectares de cultures ont été gravement endommagés par les éruptions, 1 830 hectares ont été modérément endommagés et 42 hectares ont été légèrement endommagés. Le total des pertes financières correspondant aux dégâts subis par les cultures est estimé à 97,7 milliards de roupies.
Selon les derniers rapports, le Sinabung a connu quatre séquences éruptives le 16 octobre, avec des coulées pyroclastiques qui ont détruit des bâtiments dans le sous-district de Suka Meriah, situé à quelque 2,5 km du cratère. Aucune perte humaine n’a été signalée suite à cet événement. En effet, les habitants de cette région n’ont toujours pas regagné leurs maisons après avoir été évacués lors de l’éruption de l’an dernier.

Source : The Jakarta Post.

 ——————————————–

drapeau anglaisMost websites or blogs that deal with the eruption of Mount Sinabung (Karo regency, North Sumatra) mainly insist on the physical aspect of the event but leave aside the human aspect that should not be neglected.

As the eruption continues with ash clouds and pyroclastic flows, thousands of residents in 16 subdistricts around the volcano are badly in need of clean water. They no longer have money to buy food because their agricultural plantations have been affected by volcanic ash. So far, the only aid residents have received from the regency administration was masks to protect them from the ash. No logistical aid has reached them.
The Karo administration also reportedly had yet to spray water on residents’ plantations to get rid of volcanic ash, as it was focusing on cleaning up public facilities such as houses of worship, school buildings and streets.
Data from the Karo Agriculture Agency show that 1,620 hectares of crops have been severely damaged by the eruptions, while 1,830 hectares were moderately damaged and another 42 hectares were lightly damaged. Total financial losses suffered by residents due to crop damage are estimated to reach Rp 97.7 billion.
According to the latest reports, Mount Sinabung erupted four times on October 16th, with pyroclastic flows that destroyed buildings in Suka Meriah subdistrict, located some 2.5 kilometres from the crater. No fatalities were reported following the incident because the subdistrict’s residents have not yet returned to their houses after being evacuated following last year’s eruption.
Source : The Jakarta Post.

Sinabung-blog

L’éruption du Sinabung vue par la webcam: Impressionnant!

Laisser un commentaire

Classé dans Indonésie, volcans

Stromboli (Sicile / Italie)

drapeau francaisLe dernier bulletin de l’INGV  (16 octobre 2014) concernant le Stromboli indique que durant les deux derniers mois, on a assisté à la poursuite de l’activité effusive à partir de la bouche qui s’est ouverte à 650 mètres d’altitude, avec des coulées sur la partie supérieure de la Sciara del Fuoco. Après la première semaine d’activité effusive qui avait débuté le 6 août, la lave n’a plus atteint la mer et pendant les semaines qui ont suivi, les coulées actives se sont peu à peu arrêtées, à l’exception de quelques journées où on pu voir la lave avancer sur la partie basse de la Sciara del Fuoco. Il est à noter qu’au cours des dernières semaines, des émissions de cendre sporadiques ont été observées au niveau des bouches qui percent le sommet du Stromboli, mais aucune projection de matériaux incandescents n’a été observée.

—————————————

drapeau anglaisINGV’s latest report (October 16th 2014) concerning Stromboli indicates that during the last two months, there has been continuing effusive activity from the vent which opened at 650 metre a.s.l., with lava flows on the upper part of the Sciara del Fuoco. After the first week of effusive activity that began on August 6th, lava no longer reached the sea and in the weeks that followed, the active flows gradually stopped, except for a few days when we could see lava move forward on the lower part of the Sciara del Fuoco. It should be noted that in recent weeks, sporadic ash emissions were observed at the vents that pierce the summit of Stromboli, but no projection of incandescent material was observed.

Stromboli-18-octobre

Depuis plusieurs jours, l’activité effusive marque le pas sur le Stromboli.

Laisser un commentaire

Classé dans Stromboli, volcans

Mayon (Philippines)

drapeau francaisUne nouvelle coulée de lave, plus large que la précédente, a été observée ce dimanche en début de matinée. Issue du cratère, elle avançe le long de la ravine Bonga, comme la coulée observée il y a quelques jours. La nouvelle coulée de lave a environ 100 mètres de large et 300 mètres de long. Cela confirme que le magma continue de monter vers le sommet du volcan, même si son ascension est très lente. Le PHILVOCS indique que les matériaux émis par le volcan font partie d’anciens dépôts volcaniques car il n’y a pas d’émission de gaz.
Bien que le gonflement du volcan ait cessé, cela ne signifie pas que l’activité du Mayon soit en perte de vitesse. L’édifice reste gonflé par rapport aux mesures de référence. Les inclinomètres confirment que le gonflement est constant à la base de l’édifice depuis août 2014 Toutes les données ci-dessus indiquent que le volcan est toujours actif et que les déplacements du magma peuvent à tout moment provoquer une éruption.
Le niveau ​​d’alerte du Mayon reste à 3.
Source: PHILVOCS.

 ———————————————————

drapeau anglaisA wider lava flow was seen early Sunday morning coming out of Mayon volcano. It was travelling along the Bonga Gulley, like the flow that was observed a few days ago. The new lava flow is about 100 metres wide and about 300 metres long. This confirms magma is continuously rising towards the summit of Mayon, although its ascent is very slow. PHILVOCS said the materials ejected by the volcano are part of the old volcanic deposits as there is no gas emission.

Although the volcano’s ground inflation decreased, this does not mean that the activity of Mayon weakened. The edifice remains inflated compared to baseline measurements. Tilt data have also indicated continuous inflation at the base of the edifice since August 2014. All the above data indicate that the volcano is still in a state of unrest due to the movement of potentially eruptible magma.

Mayon Volcano’s alert status remains at Alert Level 3.

Source : PHILVOCS.

Laisser un commentaire

Classé dans volcans

Le Japon renoncera-t-il un jour au nucléaire? // Will Japan decide to give up nuclear energy?

drapeau francaisDans une note rédigée le 30 septembre 2014, j’expliquais pourquoi le Japon n’avait pas retenu la leçon de Fukushima. En effet, quelques heures après l’éruption mortelle du Mont Ontake, le gouvernement japonais avait affirmé qu’il était bien décidé à redémarrer deux réacteurs nucléaires situés à proximité de volcans actifs, même si le public était opposé à l’énergie nucléaire après la catastrophe de Fukushima. Des milliers de personnes s’étaient alors réunies à Kagoshima pour protester contre le projet de redémarrage de deux réacteurs de la centrale nucléaire de Sendai qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres seulement du Sakurajima, volcan particulièrement actif.
Allant dans le sens de l’opinion générale, Toshitsugu Fujii, professeur à l’Université de Tokyo et volcanologue de renom à la tête d’une commission gouvernementale sur ​​la prévision des éruptions volcaniques, vient de contester la conclusion des autorités japonaises. L’autorité de régulation nucléaire du Japon (NRA) avait affirmé que les deux réacteurs nucléaires de la centrale de Sendai étaient à l’abri d’une éruption volcanique dans les prochaines décennies. Le professeur, quant à lui, a affirmé toute prévision était impossible. Il a indiqué que, au mieux, une éruption peut être prévue seulement quelques heures ou quelques jours avant son déclenchement et que l’éruption d’un des nombreux volcans qui entourent la centrale nucléaire de Sendai pourrait non seulement affecter les réacteurs, mais pourrait aussi provoquer une catastrophe nationale.
Selon le volcanologue, des études ont montré que les coulées pyroclastiques provoquées il y a 90 000 ans par l’éruption d’un des volcans situés près de l’usine de Sendai (préfecture de Kagoshima) avaient atteint une distance de 140 km. Une coulée pyroclastique du Sakurajima pourrait facilement atteindre la centrale nucléaire qui se trouve à seulement 40 km. A cause des fortes retombées de cendre, il serait impossible d’atteindre la centrale et une telle éruption pourrait également affecter de nombreuses parties du pays, y compris Tokyo.
Source:Agences de presse américaines.

 ———————————————-

drapeau anglaisIn a note written on September 30th 2014, I explained that Japan had not learnt the lesson of Fukushima. A few hours after the sudden deadly eruption of Mount Ontake, the Japanese government had said this would not derail its push to restart two reactors located near active volcanoes, even though the public remains opposed to nuclear power after the Fukushima crisis. Thousands of people had then gathered in Kagoshima to protest against plans to restart two reactors at nearby Sendai nuclear plant which is located about 50 kilometres from Mount Sakurajima.

Approving the general public opinion, Toshitsugu Fujii, University of Tokyo, a prominent volcanologist who heads a government-commissioned panel on volcanic eruption prediction, has just disputed Japanese regulators’ conclusion that the two nuclear reactors in Sendai were safe from a volcanic eruption in the next few decades, saying that such a prediction was impossible. He said that, at best, an eruption can be predicted only a matter of hours or days and that an eruption at one of several volcanoes surrounding the Sendai nuclear power plant could not only hit the reactors but could cause a nationwide disaster.

According to the volcanologist, studies have shown that pyroclastic flows from an eruption 90,000 years ago at one of the volcanoes near the Sendai plant in Kagoshima prefecture reached as far as 140 km away. A pyroclastic flow from Sakurajima could easily hit the nuclear plant, which is only 40 kilometres away. Heavy ash falling from an eruption would make it impossible to reach the plant, and could also affect many parts of the country including Tokyo.

Source: American press agencies.

Sakurajima-blog

Le Sakurajima, une menace pour la région de Kagoshima  (Crédit photo:  Wikipedia)

Laisser un commentaire

Classé dans Environnement, volcans

Le point sur la situation à Hawaii // Latest news from Hawaii

drapeau francaisLa tempête tropicale Ana ne devrait pas causer de gros dégâts sur la Grande Ile d’Hawaii qui ne devrait subir que de fortes pluies (jusqu’à 30 centimètres d’eau par endroits) et peut-être des inondations jusqu’à 18 heures dimanche.
Dans le même temps, les travaux se poursuivent sur ​​la Chain of Craters Road au cas où la lave du Kilauea viendrait à couper la Highway 130. La lave n’a pas avancé de manière significative au cours des derniers jours et le front de coulée – qui s’est immobilisé – reste à 1,4 km de Apa’a Street. Cependant, le HVO indique que la coulée du 27 juin reste active. Des sorties de lave sont observées à la surface et sur les bords de la coulée jusqu’à 2 km en amont, de sorte que la coulée continue à s’élargir. L’alimentation au niveau du Pu’u ‘O’o reste relativement réduite, ce qui correspond aux données fournies par les inclinomètres. Comme la vitesse de progression de la lave n’est plus que de  25 mètres par jour en moyenne, le HVO ne fait plus de projections sur la date possible d’arrivée à Paoha.

Il est intéressant de noter que la coulée du 27 juin a ralenti et a même cessé d’avancer au moment où la tempête tropicale Ana se rapprochait de la Grande Ile. On peut se demander si la baisse de la pression atmosphérique qui accompagne inévitablement une tempête tropicale ou un ouragan a eu un effet sur son alimentation au niveau du Pu’uo’o. Il faudra voir si le front de coulée recommence à avancer la semaine prochaine, une fois que la tempête se sera éloignée de l’archipel. Quand l’ouragan Iselle a frappé Hawaii en septembre, une forte déflation a été observée sur le Pu’uO’o, mais la coulée de lave du 27 juin a continué d’avancer et de brûler la forêt au nord du volcan.
Il y a quelques années, j’ai réalisé une étude sur le lien possible entre la pression atmosphérique et l’activité éruptive (voir le résumé dans la colonne de gauche de ce blog). Haroun Tazieff m’avait alors dit que si un tel lien existait, il ne pouvait être observé que sur des ‘petits’ volcans comme le Stromboli. Toutefois, lorsque de fortes baisses de pression atmosphérique se produisent (principalement pendant les ouragans ou tempêtes tropicales), je pense que les ‘gros’ volcans comme le Kilauea peuvent eux aussi en subir les effets.

 ————————————————

drapeau anglaisTropical storm Ana should not cause damage to Hawaii Big Island which should only suffer heavy rains up to 30 centimetres and possible flooding until 6 p.m. Sunday.

Work continues on Chain of Craters Road which is being built in preparation for lava coming from the Kilauea and threatening to cut Highway 130. Lava has not made any significant progress during the past days and the lava front – which has stalled – remains 1.4 km upslope from Apa’a Street. However, HVO indicates that the June 27th flow remains active. Breakouts are observed on the surface and margins of the flow as far as 2 km upslope, and they continue to widen the flow. Lava discharge from Pu‘u ‘Ō‘ō into the June 27th lava tube is low which corresponds with the data provided by tiltmeters. Because the flow has slowed to about 25 metres/day, HVO no longer offers a future projection of the flow’s advance.

It is interesting to notice that the June 27th lava flowed slowed and even stalled as tropical storm Ana was getting closer to the Big Island. One may wonder whether the drop in atmospheric pressure that inevitably accompanies a tropical storm or hurricane had an effect on the lava output from Pu’uo’o. We’ll see if lava starts flowing again next week once the storm has moved away from the archipelago. When hurricane Iselle hit Hawaii in September, strong deflation was observed at Pu’uO’o, but the June 27th lava flow kept moving forward and burning the forest to the north of the volcano.

A few years ago, I made a study about the possible link between atmospheric pressure and eruptive activity (see abstract in the left-hand column of this blog). Haroun Tazieff had told me that if such a connection existed it could only be seen on small-scale volcanoes like Stromboli. However, when major drops of atmospheric pressure occur (mainly during hurricanes or tropical storms), I think that large-scale volcanoes like Kilauea can be affected as well.

Laisser un commentaire

Classé dans Environnement, Hawaii, volcans